Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

quelques outils

Adherez à la CFE CGC
pour info nos stats:

    

959 511 pages lues ce jour...


Le blog est au topblog
d'overblog !

Lisez et faites lire
le blog

mobilisez vous ...
ou arrêtez de râler ...
 

Recherche

Archives

INFO

 

Fédération des Fonctions Publiques-CGC

15-17, rue Beccaria

 – 75012 PARIS –

Métros :

Gare de Lyon/Faidherbe Chaligny/ Ledru Rollin 

Tél  :  01.44.70.65.90

Fax :  01.44.70.65.99

Mail : ufcfp.cgca twanadoo.fr

8 mars 2008 6 08 /03 /mars /2008 13:35
Cette réunion, présidée par le 1er Ministre entouré du Ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique et du Secrétaire d’état à la Fonction publique, comprenait les 8 Organisations Syndicales de la Fonction publique.

Les FP-CGC, représentées par le Président Charles Bonissol, le Vice Président Patrick Guyot et le Secrétaire Général d’Alliance police nationale Jean-Claude Delage, étaient accompagnées du Président Confédéral Bernard Van Craeynest.

 Le 1er Ministre a souhaité inscrire l’agenda social sur les fonctions publiques à la suite des 4 conférences organisées en fin d’année 2007. Il souhaite reprendre les conclusions des 3 conférences sur le pouvoir d’achat, le dialogue social et les parcours professionnels en attendant le livre blanc sur les valeurs et les missions du Service public.

 

Il a retenu 6 thèmes :

 Ø      Les rémunérations avec une base de discussion autour de la garantie individuelle du pouvoir d’achat, une proposition sur le  point d’indice qui sera envoyé aux OS le 5 février 2008 et une mise en œuvre du rachat des jours de RTT et des heures supplémentaires et un traitement de ce problème pour l’avenir. La réunion conclusive aura lieu le 18 février. Il faut avancer et vite.

Ø     
Le dialogue social. Le Gouvernement a adressé un projet qui servira de base à la négociation. Il faut ouvrir ce dossier avant les congés de février. Il donne aux partenaires sociaux 2 mois pour aboutir.

 Ø      La mobilité. Le Gouvernement a adressé une série de projets aux OS qui passeront au Conseil Supérieur de la Fonction Publique de fin mars.

Ø     
Les conditions de travail. Le Gouvernement souhaite une négociation durant le 1er semestre 2008.

  Ø      La refondation de la Fonction publique. Le Gouvernement souhaite une gestion par filières et par métiers avec une mise en œuvre dès cette année. Le livre blanc sur les missions et les valeurs de la Fonction publique sera un point de départ pour une concertation d’avril à juin.

 Ø      Le recrutement, les concours et la formation et l’engagement d’une négociation sur l’encadrement au 2ème semestre 2008.

 Sur la réforme de l’Etat et la RGPP, il faut allier économie et efficacité en mettant la GRH au cœur de cette réforme. Après décision prise avant la fin du 1er semestre, le Gouvernement souhaite engager une phase de concertation par ministères et à chaque niveau de déconcentration concerné. Il en sera de même pour la réorganisation de l’administration territoriale de l’Etat.

 Le Président Confédéral de la CFE-CGC, seul numéro 1 à être présent des différentes confédérations, a insisté sur l’épineuse question salariale en rappelant qu’il n’y avait pas eu d’accord salarial depuis plus de 10 ans. Il a souligné la nécessité de dépenser mieux et de mettre en œuvre une véritable gestion prévisionnelle des emplois et des compétences.

 Charles Bonissol a insisté sur la revalorisation du point d’indice pour les actifs et la nécessité de mesures pour les retraités. Il y a également urgence à réviser les grilles indiciaires pour tous les agents à travers la mise en œuvre de la Fonction publique de métiers, dossier phare des FP-CGC et préconisée tant par le Président de la République que par le 1er Ministre et son Gouvernement. Cette Fonction publique de métiers permettra également une mobilité accrue avec une harmonisation de l’ensemble des rémunérations et un dialogue social rénové à la fois au niveau national et local.

 Charles Bonissol a pris bonne note des négociations prévues sur l’encadrement et de l’attention particulière portée par le Gouvernement à cette catégorie de personnel qui est au cœur de la réforme de l’Etat.

 Enfin, il a appelé à une négociation sur le champ « régalien » de l’Etat, avec l’accélération de fusions et privatisations tous azimuts.

 En conclusion, le 1er Ministre a indiqué l’urgence de la situation, compte tenu du niveau d’endettement des finances publiques. Il a réaffirmé son attachement au statut de la Fonction publique et son souhait de rénover le dialogue social afin de mettre fin à la gestion de crise dans les fonctions publiques. Il a également indiqué que le calendrier de rendez-vous sur les retraites serait connu le 6 février 2008 pour le public et le privé.

Repost 0
Published by lusancay - dans actualités cfe cgc
commenter cet article
8 mars 2008 6 08 /03 /mars /2008 08:35
CIRCULAIRE
Circulaire du 29 février 2008 relative à l'application des lois

NOR: PRMX0805956C

 


Paris, le 29 février 2008.


Le Premier ministre à Monsieur le ministre d'Etat, Mesdames et Messieurs les ministres, Mesdames et Messieurs les secrétaires d'Etat, Monsieur le haut-commissaire
Veiller à la rapide et complète application des lois répond à une triple exigence de démocratie, de sécurité juridique et de responsabilité politique.
Faire en sorte que la loi s'applique rapidement, efficacement et de façon conforme à son esprit est un impératif démocratique. Chaque disposition législative qui demeure inappliquée est une marque d'irrespect envers la représentation nationale et de négligence vis-à-vis de nos concitoyens.
Faire en sorte que la période qui sépare la publication de la loi de l'intervention des mesures réglementaires d'application soit la plus brève possible est facteur de sécurité juridique. Dans l'attente de la parution des textes réglementaires, déterminer quel est le droit applicable ne va pas sans incertitude, parce qu'il peut être délicat de faire le départ entre les dispositions de la loi nouvelle qui sont suffisamment précises pour être immédiatement applicables et celles qui ne pourront recevoir application qu'après l'intervention des mesures réglementaires qui leur sont nécessaires.
Faire en sorte que soient rapidement prises les mesures réglementaires nécessaires à l'application de la loi est une condition de la crédibilité politique des réformes engagées par le Gouvernement. Le vote de la loi n'est pas l'achèvement de la réforme. Pour traduire la réforme dans les faits, il faut investir dans sa présentation, sa mise en œuvre, son suivi et son évaluation. Il faut, déjà, veiller à prendre rapidement les décrets d'application des lois.
Au cours des dernières années, des progrès ont été accomplis. Mais l'objectif consistant à prendre toutes les mesures réglementaires nécessaires dans un délai de six mois suivant la publication de la loi n'est pas encore atteint.
Je considère qu'une obligation de résultat pèse sur le Gouvernement et sur chacun d'entre vous. Elément central du suivi des réformes, l'application de la loi doit retenir, tout autant que son élaboration, votre attention personnelle.
Une approche méthodique doit être retenue en ce domaine impliquant un effort d'organisation interne à chaque ministère, de programmation et de suivi des mesures attendues.
1. Je vous demande de désigner, au sein de votre administration centrale, une structure clairement identifiée qui sera responsable de la coordination du travail d'application des lois pour l'ensemble de votre ministère. Vous indiquerez au secrétariat général du Gouvernement, dans les meilleurs délais, les dispositions que vous aurez prises.
Il appartiendra à cette structure d'assurer un suivi centralisé de l'état des travaux de votre département ministériel au titre de l'application des lois et d'en répondre envers mon cabinet et le secrétariat général du Gouvernement.
Elle devra être en mesure de vous alerter en temps utile sur les difficultés susceptibles d'apparaître dans la préparation des mesures, qu'il s'agisse de difficultés afférentes à l'organisation des services, de difficultés interministérielles ou de mise en œuvre des obligations de consultation.
2. L'adoption d'une loi nouvelle est suivie d'une réunion interministérielle qui permet de déterminer le ministère responsable de la préparation de chaque décret et d'arrêter un échéancier prévisionnel.
Cet échéancier sera désormais transmis par mes soins aux deux assemblées.
Un point de situation sera fait à l'issue d'une période de trois mois après l'adoption de la loi. Il permettra d'identifier les textes dont la préparation se heurte à des difficultés particulières. Ces textes feront l'objet d'un suivi étroit.
Un bilan de l'application des lois sera établi tous les six mois, ministère par ministère. Il sera adressé au Parlement, remis à la presse et mis en ligne sur internet.
3. De façon générale, je demande à chaque membre du Gouvernement de répondre rapidement lorsqu'il est saisi d'un projet de décret par le ministre rapporteur.
Toute difficulté, qu'elle résulte d'un différend interministériel exprès ou vienne d'une absence de réponse, doit être signalée sans tarder à mon cabinet qui provoquera une réunion d'arbitrage.

 

 


François Fillon

Repost 0
Published by lusancay - dans actualités cfe cgc
commenter cet article
7 mars 2008 5 07 /03 /mars /2008 12:45
Le 06 février 2008, M. Paul PENY, DGAFP, a réuni les organisations syndicales représentatives de la fonction publique pour leur exposer des projets de textes sur la mobilité dans la fonction publique.

Les Fonctions Publiques-CGC étaient représentées par Patrick GUYOT, Agnès LERAT et Vincent HACQUIN.

Au début de la réunion, les autres organisations syndicales ont fait une déclaration liminaire et ont quitté la salle sans participer à l’examen des textes.

M. Paul PENY a donc décidé de réaliser l’examen des textes proposés avec la seule organisation syndicale qui accepte le dialogue, c’est-à-dire les Fonctions Publiques-CGC.

L’ordre du jour de la réunion comportait l’examen d’un projet de loi et de 8 projets de décrets, à savoir :

-         projet de loi modifiant les lois n°83-634, n°84-16, n°84-53, n°86-33 et le code de la défense ;

-         projet de décret portant création d’une indemnité temporaire de mobilité ;

-         projet de décret instituant une indemnité de départ volontaire ;

-         projet de décret instituant une prime de restructuration et une allocation d’aide à la mobilité du conjoint ;

-         projet de décret modifiant le décret n°48-1108 ;

-         projet de décret instituant un complément indemnitaire à l’occasion d’opération de restructuration ;

-         projet de décret modifiant le décret relatif à certaines positions des fonctionnaires hospitaliers ;

-         projet de décret modifiant diverses dispositions relatives au détachement des fonctionnaires territoriaux ;

-         projet de décret organisant les conditions d’exercice des fonction, en position d’activité, dans les administrations de l’Etat.

L’essentiel du contenu de ces textes sont des mesures d’ordre technique et, bien que les représentants des Fonctions Publiques CGC ont discuté pied à pied chaque mesure, n’appellent donc pas de commentaires particuliers.

Les points des projets de décret qui ont conduits aux discussions les plus importantes ont été :

-         le projet d’indemnité de départ volontaire : le retour d’expérience du ministère de la défense qui a pratiqué ce système pour certains de ses personnels depuis 1993 a conduit les Fonctions Publiques CGC à revendiquer plusieurs améliorations quant au dispositif proposé (niveau de l’indemnité, calcul et référence du calcul de celle-ci et délai de versement notamment) ;

-         le niveau de l’aide forfaitaire à la mobilité du conjoint : le niveau envisagé est ridiculement bas et sans commune mesure avec les conséquences de l’abandon d’un emploi par le conjoint si cela s’avérait nécessaire pour suivre un fonctionnaire restructuré.

-         Le niveau de l’indemnité versée en cas de perte d’emplois fonctionnels et sa durée.

Concernant le projet de loi, les Fonctions Publiques-CGC ont discuté sur l’ensemble du texte et en insistant notamment sur les articles concernant le recours à l’interim par les services, le cumul d’emplois à temps incomplet et le passage civil-militaire.

Le point qui a fait l’objet de l’opposition la plus véhémente de la part des Fonctions Publiques-CGC est le dispositif de réorientation professionnelle, qui dans sa rédaction actuelle n’est pas acceptable.

Repost 0
Published by lusancay - dans actualités cfe cgc
commenter cet article
6 mars 2008 4 06 /03 /mars /2008 12:27
http://www.reflexe-handicap.org/docs/APF_handicap&accessibilite.pdf

Suite à vos interrogations, nous avons trouvé le mémo fait par l'APF :

Mémento Communes, handicap et accessibilité

Couverture du mémento Communes, handicap et accessibilité Depuis le 20 novembre 2007, à l'occasion du salon des maires et des collectivités locales, le mémento ''Communes, Handicap et Accessibilité'' , réalisé par l'APF et en partenariat avec la Gazette Santé Social est disponible.
Ce mémento, à destination des élus locaux, a pour but de leur présenter la méthode de concertation inhérente à l'accessibilité universelle, préconisée par l'APF ainsi que le calendrier des échéances de la loi du 11 février 2005, pour une accessibilité des communces pour 2015.
Pour le télécharger, cliquez ici .

Repost 0
Published by lusancay - dans actualités cfe cgc
commenter cet article
6 mars 2008 4 06 /03 /mars /2008 09:55
JORF n°0056 du 6 mars 2008 page
texte n° 5


ARRETE
Arrêté du 6 février 2008 fixant au titre de l'année 2008 le nombre de postes offerts à la première session nationale pour le recrutement de gardiens de la paix de la police nationale

NOR: IOCC0803264A



Par arrêté de la ministre de l'intérieur, de l'outre-mer et des collectivités territoriales en date du 6 février 2008, le nombre total de postes offerts aux concours de gardien de la paix pour l'accès au corps d'encadrement et d'application de la police nationale est fixé au titre de l'année 2008 à 4 221 et réparti de la manière suivante :
Premier concours (externe) : 1 900 postes ;
Second concours : 1 266 postes ;
Emplois réservés : 1 055 postes.



DATE PRÉVISIONNELLE
des épreuves

CONCOURS EXTERNE

SECOND CONCOURS

EMPLOIS RÉSERVÉS

TOTAL

1re session nationale.

07/02/2008

900

600

500

2 000

Polynésie française.

12/03/2008

5

3

2

10

Nouvelle-Calédonie.

09/04/2008

5

3

2

10

2e session nationale.

10/09/2008

540

360

301

1 201

Déconcentré Paris.

Second semestre

270

180

150

600

Déconcentré Versailles.

Second semestre

180

120

100

400


Les postes non pourvus par les bénéficiaires de la législation sur les emplois réservés pourront être reportés sur les postes mis aux concours.
Les postes offerts au second concours et non pourvus pourront être reportés sur le premier concours.
Repost 0
Published by lusancay - dans actualités cfe cgc
commenter cet article
6 mars 2008 4 06 /03 /mars /2008 09:46
Un Avis complémentaire de vacance d'emplois de direction dans les établissements de la fonction publique hospitalière est paru au J.O

1. Chargé(e) des ressources humaines ;
2. Responsable d'un pôle ressources économiques et/ou financières et/ou techniques.

Autres emplois de directeur adjoint ou directrice adjointe dans les établissements ci-après (postes proposés aux directeurs et directrices hors classe et classe normale) :
― centre hospitalier régional de Nice (Alpes-Maritimes), 1 poste : chargé(e) de la mise en œuvre du management par les pôles tel que prévu dans la réforme de la nouvelle gouvernance ;
― centre hospitalier intercommunal Eure-Seine (Eure), 1 poste : chargé(e) des services économiques ;
― centre hospitalier de Nogent-le-Rotrou (Eure-et-Loir), 1 poste : chargé(e) des services économiques et de la filière gériatrique ;
― centre hospitalier régional de Montpellier (Hérault), 1 poste ;
― centre hospitalier régional de Rennes (Ille-et-Vilaine), 1 poste : chargé(e) des ressources humaines ;
― centre hospitalier Louis Jaillon de Saint-Claude (Jura), 1 poste : chargé(e) des ressources humaines, de la communication et de l'information ;
― centre hospitalier de Ploërmel (Morbihan), 1 poste : chargé(e) des ressources humaines ;
― centre hospitalier de Jury-les-Metz (Moselle), 1 poste : chargé(e) des ressources humaines ;
― centre hospitalier régional de Lille (Nord), 2 postes :
1. Délégué(e) aux pôles d'activités ;
2. Chargé(e) des ressources humaines ;

― centre hospitalier de la Côte Basque à Bayonne (Pyrénées-Atlantiques), 1 poste ;
― centre hospitalier de Sevrey (Saône-et-Loire), 1 poste : chargé(e) des affaires économiques, logistiques et travaux ;
― Assistance publique-hôpitaux de Paris (Paris) : siège de l'AP-HP (DDRH, direction du développement des ressources humaines), 1 poste : chef de projet « mission accompagnement du NSI (nouveau système d'information) » ;
― centre hospitalier Sainte-Anne (Paris), 1 poste : chargé(e) des fonctions dans les domaines à vocation sociale ou médico-sociale ;
― centre hospitalier Marc Jacquet à Melun (Seine-et-Marne), 1 poste : chargé(e) des affaires financières ;
― centre hospitalier régional de Limoges (Haute-Vienne) : chargé(e) du système d'information ;
― centre hospitalier universitaire de Fort-de-France (Martinique), 1 poste : responsable d'un établissement annexe « personnes âgées ».


A consulter au plus vite pour postuler :

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000018210483&dateTexte=
Repost 0
Published by lusancay - dans actualités cfe cgc
commenter cet article
5 mars 2008 3 05 /03 /mars /2008 12:21
http://www.mediateur-republique.fr/fic_bdd/pdf_fr_fichier/1203522962_MED_ACTU_34.pdf

Le médiateur a rendu son rapport annuel : plus de 65 000 dossiers traités et des avancées manifestes, malgré des blocages importants.

 Parmi les sujets majeurs, une enquête menée dans les MDPH (maisons départementales des personnes handicapées) révèle des dysfonctionnements importants : des départements se trouvent toujours confrontés à un manque de personnels lié au refus de fonctionnaires d’Etat de rejoindre les MDPH. Le Médiateur de la République déplore sur ce point « l’absence de textes règlementaires clairs ».
Il estime par ailleurs « urgentissime » d’améliorer le traitement des contentieux dans la mesure où les personnes handicapées, ignorant les voies de recours, se perdent dans le dédale des tribunaux des affaires de sécurité sociale (TASS), du contentieux de l’incapacité (TCI), voire des tribunaux administratifs.
Dans les prisons, si l’augmentation du nombre de délégués a conduit à un meilleur accès au droit pour les détenus, elle a également mis en lumière les abus de l’administration pénitentiaire en termes de refus de demandes de transfert, d’accès aux soins ou de conditions de détention.
Autre point préoccupant, il ressort de ce rapport annuel que le chèque emploi service dessert les employés en matière de protection sociale, notamment en cas d’arrêt de travail. La précarité des contrats, le temps partiel et la multiplicité des employeurs empêchent trop souvent les employés de justifier de 200 heures de travail par trimestre et d’accéder ainsi aux indemnités de sécurité sociale en cas de maladie.

En matière de minima sociaux, le Médiateur de la République a exhorté l’administration à informer les signataires de contrats d’insertion-revenu minimum d’activité sur les conséquences de ces engagements en termes de (non) maintien des droits au RMI, à l’API et à l’allocation logement, tout en soulignant que les signataires de contrats à durée déterminé bénéficient du maintien de ces prestations.
Enfin, Jean-Paul Delevoye a attiré l’attention du Président de la République et des parlementaires sur la différence de traitement entre les fonctionnaires et les salariés du secteur privé s’agissant de l’accès à l’allocation supplémentaire vieillesse et à l’allocation supplémentaire invalidité.

Parmi ses priorités 2008, il a plaidé pour « une plus grande équité vis-à-vis des bénéficiaires comme des cotisants dans l'attribution des minima sociaux » et demandé la mise en œuvre de mesures pour lutter contre le surendettement croissant des ménages, le groupe de travail promis par le ministère des finances n’étant toujours pas mis en place
Repost 0
Published by lusancay - dans actualités cfe cgc
commenter cet article
4 mars 2008 2 04 /03 /mars /2008 16:46
Le 6 février

PARIS
Lieu de rendez-vous : Métro Sèvres-Babylone
Horaires :
11H : Conférence de presse
11H30 : départ de la manifestation

VENEZ NOMBREUX

PROVINCE
Rapprochez-vous des différentes unions régionales CGC pour tous renseignements.


Repost 0
Published by lusancay - dans actualités cfe cgc
commenter cet article
4 mars 2008 2 04 /03 /mars /2008 12:06
Le président Nicolas Sarkozy a présenté le 1er février à Sophia Antipolis, près de Nice, les dix "mesures phare" du plan Alzheimer 2008-12, qui prévoit l'engagement de 1,6 milliard d'euros de plus sur cinq ans pour accélérer la recherche et améliorer la prise en charge des malades.
Amplement inspiré des travaux de la commission dirigée par le professeur Joël Ménard, ce plan vise à "améliorer le diagnostic" de la maladie, "mieux soigner, mieux accompagner" les malades, "aider plus et mieux" les familles et "chercher plus vite".
"Aujourd'hui, il y a un plan Alzheimer pour cinq ans. C'est un engagement durable de l'Etat dans la lutte contre la maladie. C'est un engagement personnel", a déclaré Nicolas Sarkozy.
"J'ai essayé de présenter un plan global qui n'oppose pas le patient et les aidants, le présent et l'avenir, la recherche et l'accompagnement, mais qui mobilise tout le monde dans un seul objectif: trouver les moyens de stopper cette maladie et faire en sorte que ceux qui en souffrent aujourd'hui vivent le mieux possible", a-t-il souligné.
Sur le volet recherche, Nicolas Sarkozy a ainsi annoncé la création d'une "fondation de coopération scientifique" chargée de fédérer la recherche sur la maladie d'Alzheimer, pour l'heure incurable et très invalidante, qui touche quelque 860.000 personnes en France.
"Un effort de recherche sans précédent" sera lancé, a promis le président, dont le plan prévoit une enveloppe de 200 millions d'euros supplémentaire sur cinq ans, directement financés par le budget de l'Etat.
L'autre priorité est d'améliorer la prise en charge des malades et de leurs familles, souvent plongées dans le désarroi.
Des "Maisons pour l'autonomie et l'intégration des malades Alzheimer (MAIA)", seront labellisées sur tout le territoire, le soutien à domicile sera renforcé et des "coordonnateurs" seront mis en place, sorte de "chefs d'orchestre" de la prise en charge médico-sociale et sanitaire, chargés d'assurer la liaison entre les équipes.
Le plan prévoit aussi de créer en 2008 2.125 places d'accueil de jour et 1.125 d'hébergement temporaire. Sur toute la durée du plan, ce sont 11.000 places d'accueil de jour ou équivalent qui devraient être créées, et 5.600 d'hébergement temporaires.
Répondant à l'une des principales inquiétudes des familles de malades, Nicolas Sarkozy a détaillé le financement de son plan en expliquant qu'il serait très largement couvert (1,4 milliard) par les franchises médicales, en vigueur depuis le 1er janvier.
"C'est pour cela (le plan Alzheimer) que j'ai décidé, et je l'assume, de créer les franchises médicales", a justifié Nicolas Sarkozy.
"Les moyens je ne peux pas les fabriquer (...) ceux qui ne veulent pas des franchises, qu'ils viennent dire aux Français comment on finance des dépenses supplémentaires", a lancé Nicolas Sarkozy à ceux qui, notamment à gauche, ont critiqué cette mesure qui doit rapporter 860 millions d'euros par an.
Très attendue, l'annonce du plan, qui avait été retardée de près d'un mois, a suscité la satisfaction mesurée de l'association France-Alzheimer. "Globalement, ce plan a des avancées significatives", s'est réjouie sa présidente, Arlette Meyrieux. "Il y a déjà eu des plans précédents (...) nous restons vigilants".
Nicolas Sarkozy a anticipé ces réserves en annonçant que le gouvernement ferait le point de l'application du plan tous les six mois. "Si on s'est trompé, on changera. Si on n'a pas mis suffisamment, on remettra. Si il y a des choses à modifier, on modifiera", a-t-il promis, "ce plan, j'y crois".

http://www.premier-ministre.gouv.fr/information/les_dossiers_actualites_19/plan_presidentiel_alzheimer_2008_943/plan_alzheimer_944/plan_alzheimer_2008_2012_945/
Repost 0
Published by lusancay - dans actualités cfe cgc
commenter cet article
3 mars 2008 1 03 /03 /mars /2008 23:58
Bonsoir,
 
 
Ma dernière image de Jean, c'est un sourire, au pli élégant de la bouche et de l'œil en même temps,
le stylo levé, et la phrase à l'accent à peine esquissé "t'es sûre, on met çà comme çà ?",
en partageant un moment de rire franc sur un bon mot,
et avant d'écrire la remarque juste, dans un style naturellement appliqué, sur un coin de table dans un bistrot parisien ...

Il nous a transmis la fonction publique des métiers, à laquelle il aura donné souffle et vigueur.
L'efficacité était son but. La réflexion, l'échange ouvert et la parole étaient sa méthode : ce fut un beau moment que de le connaître.
 
A son épouse, à son fils, à tous ceux qui ont un jour  apprécier de croiser son chemin, j'adresse mes pensées.

 

Mes amitiés à tous,

 

 
 
Repost 0
Published by lusancay - dans actualités cfe cgc
commenter cet article