Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

quelques outils

Adherez à la CFE CGC
pour info nos stats:

    

959 511 pages lues ce jour...


Le blog est au topblog
d'overblog !

Lisez et faites lire
le blog

mobilisez vous ...
ou arrêtez de râler ...
 

Recherche

Archives

INFO

 

Fédération des Fonctions Publiques-CGC

15-17, rue Beccaria

 – 75012 PARIS –

Métros :

Gare de Lyon/Faidherbe Chaligny/ Ledru Rollin 

Tél  :  01.44.70.65.90

Fax :  01.44.70.65.99

Mail : ufcfp.cgca twanadoo.fr

8 décembre 2008 1 08 /12 /décembre /2008 08:06

 Statut d'association européenne, l'arlésienne est de retour... (02-12-2008)

(http://www.loi1901.com/intranet/a_news/index_news.php?Id=1189)

Dans les tuyaux depuis plus de vingt ans, le projet de statut d'association européenne a été éliminé du programme de travail de la Commission européenne en septembre 2005. Personne n'a compris réellement les motivations de la Commission européenne de retirer ce dossier de son programme de travail. Comme si le fait associatif était la marque trop voyante d'une citoyenneté participative jugée gênante à Bruxelles...

Réinscrire ce dossier à l'ordre du jour constituerait un signal fort et une reconnaissance du rôle essentiel de la société civile européenne. La présidence française de l'Union aurait dû permettre de faire aboutir le dossier du statut d'association européenne, dans le respect naturellement des cultures associatives des différents États membres.

Qu'en est-il à moins d'un mois de la passation prévue au 1er janvier 2009 entre la France et la Tchéquie ? Quels sont les apports du modèle français que le Gouvernement entend mettre en avant dans le cadre de cette élaboration ?

C'est le sens de la question posée par Mme Muriel Marland-Militello (députée UMP - Alpes-Maritimes) au secrétaire d'État chargé des sports, de la jeunesse et de la vie associative.

Réponse du secrétaire d'Etat publiée au JO le 25/11/2008
Initiés en 1991, les travaux sur un statut optionnel de l'association européenne ont été interrompus en 2003 à l'issue de la présidence grecque, aucune présidence n'ayant souhaité depuis lors inscrire cette priorité dans son programme.

Prenant acte de cette situation, la Commission a retiré en septembre 2005 cette proposition.

La France a manifesté son opposition à cette décision et le Premier ministre a annoncé en janvier 2006 une initiative pour relancer ce dossier.

Un projet de déclaration du conseil soulignant l'importance du fait associatif dans la construction de l'Europe a été soumis à la présidence allemande ; il n'a pas été retenu. Dans ce contexte, la présidence française constitue bien une opportunité de réactivation de ce dossier.

L'organisation avec le soutien des pouvoirs publics du forum civique européen de La Rochelle, les 4, 5 et 6 septembre 2008 manifeste l'intérêt du gouvernement pour une relance de l'idée d'association européenne dans une Europe désormais élargie aux nouvelles démocraties d'Europe centrale et orientale.

Formellement, toute proposition législative nouvelle implique une démarche auprès de la Commission - laquelle subordonne le dépôt ou la réintroduction d'une proposition de règlement à une étude d'impact préalable. Dès lors, comme l'a souligné Jean-Louis Langlais dans les conclusions de son rapport, la nécessité de la construction patiente d'un consensus entre États membres, et singulièrement avec les futures présidences tchèque et suédoise apparaît indispensable.

La pression des sociétés civiles des États membres constitue un élément essentiel dans cette démarche. L'événement associatif européen de la Rochelle participe précisément à cette logique de mobilisation des États et, partant de la Commission.

Le Gouvernement aura naturellement le souci de veiller, le moment venu, à ce que soit inscrit dans un tout nouveau texte optionnel le maintien de l'esprit de la loi de 1901.

Il devra également tenir le plus grand compte des exigences contemporaines de transparence notamment financière et comptable, qui conditionnent, y compris chez nos partenaires européens, une capacité juridique pleine et entière.

Il apparaît par ailleurs opportun de mener avec nos partenaires et les instances responsables du Parlement et de la Commission une réflexion sur les critères et les exigences de qualité qui légitiment la qualification des associations comme acteurs responsables de la société civile organisée dans le dialogue civil européen.

A cet égard, et conformément à un récent avis adopté par le Conseil économique et social, le gouvernement est favorable à la mise en chantier d'une procédure communautaire de labellisation des associations reconnues représentatives au titre du dialogue civil européen.

Partager cet article

Repost 0
Published by lusancay - dans actualités cfe cgc
commenter cet article

commentaires