Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

quelques outils

Adherez à la CFE CGC
pour info nos stats:

    

959 511 pages lues ce jour...


Le blog est au topblog
d'overblog !

Lisez et faites lire
le blog

mobilisez vous ...
ou arrêtez de râler ...
 

Recherche

Archives

INFO

 

Fédération des Fonctions Publiques-CGC

15-17, rue Beccaria

 – 75012 PARIS –

Métros :

Gare de Lyon/Faidherbe Chaligny/ Ledru Rollin 

Tél  :  01.44.70.65.90

Fax :  01.44.70.65.99

Mail : ufcfp.cgca twanadoo.fr

2 août 2008 6 02 /08 /août /2008 00:23

À Rennes, des détenus à l'hôpital sans surveillance

Laurence de Charette.

Crédits photo : Ian HANNING/REA

Faute de moyens, les escortes de détenus ou leur hospitalisation deviennent un casse-tête pour l'administration pénitentiaire.

Émoi dans l'administration pénitentiaire. «Avec le nombre historique de détenus dans nos établissements, le problème des transports et des escortes vers l'hôpital s'est encore accru», explique un directeur de l'ad­ministration pénitentiaire de la région parisienne. Les chiffres le montrent : les transports constituent un maillon faible de la surveillance pénitentiaire et donnent lieu à des évasions. Comme les hospitalisations. La bataille de moyens que se livrent les forces de l'ordre et l'administration pénitentiaire sur l'encadrement des «extractions mé­dicales» vient d'ailleurs de se durcir.

Il faut dire que l'augmentation importante du nombre de détenus ainsi que la tendance au vieillis­sement de la population pénale ont détérioré une situation déjà tendue. Résultat : la sécurisation des transports et des séjours hospitaliers des détenus diminue et leurs soins sont fréquemment retardés.

Sur le terrain, les arrangements locaux ont pris le pas sur l'application rigoureuse des textes. Depuis de nombreux mois, policiers et surveillants se renvoient la balle lorsqu'il s'agit d'encadrer le transport et la surveillance des détenus à l'hôpital pour une consultation ou une hospitalisation, rechignant à mobiliser leurs équipes pour cette tâche. Chargées d'arbitrer les querelles de moyens, les autorités préfecto­rales «négocient» des solutions au cas par cas «du bricolage», dé­nonce Jean-Simon Meranda, de FO-direction. «À Rennes, par exemple, il n'est pas rare que des condamnés hospitalisés soient laissés à l'hôpital sans surveillance», confie un responsable de l'administration pénitentiaire. C'est actuellement le cas de deux détenues de la prison pour femmes. À Lannemezan, deux prisonniers ont porté leur dossier le mois dernier devant la Direction des affaires sanitaires, se plaignant de la façon dont s'est déroulée leur hospitalisation. L'un d'eux raconte par exemple comment il a été longuement menotté  les gendarmes estimant que les locaux n'étaient pas suffisamment sécurisés avant son intervention, puis laissé ensuite totalement seul, sans entrave ni la moindre surveillance cette fois à son réveil…

 

De nombreuses in­quiétudes

 

«Les situations sont tout à fait variables, dénonce Hugues de Suremain, juriste de l'Observatoire international des prisons, allant de la surveillance intermittente les forces de l'ordre passent sur place à intervalles à l'excès manifeste et dégradant. Récemment, pas moins de 9 membres des forces de l'ordre ont encadré la visite chez l'ophtalmologiste d'un détenu du centre de Clairvaux…»

À Caen, selon le rapport annuel 2007 de l'Observatoire régional de la santé de Basse-Normandie, la moitié des extractions médicales ont été annulées.

«En réalité, devant la difficulté d'organiser les déplacements, la tendance est actuellement à reculer au maximum l'échéance des soins, ex­plique un surveillant pénitentiaire. Du coup, quand il faut intervenir, c'est souvent en urgence, au milieu de la nuit, et là, c'est encore plus dif­ficile à gérer.»«Comment faites-vous, chez vous, pour aller chercher les détenus à l'hôpital la nuit ? interroge quant à lui un surveillant du sud de la France sur un site de discussion entre collègues… Parce que nous, s'inquiète-t-il, c'est la Kangoo blanche, pas du tout équipée…»

Dans la région parisienne, la fermeture de l'hôpital péniten­tiaire de Fresnes annoncée pour 2010 sus­cite aussi de nombreuses in­quiétudes : alors qu'une fourgonnette et deux surveillants suffisaient à déposer une quinzaine de pa­tients dans l'enceinte barricadée de Fresnes, hôpital installé à l'intérieur même de l'enceinte de la prison, les transports individualisés vers les hô­pitaux généraux devront être mul­tipliés.

Même le développement des unités hospitalières sécurisées ne rassure pas pleinement puisqu'elles sont bâties à l'intérieur des hôpitaux. Le syndicat de policiers Sy­nergie vient de prévenir : dès septembre, les policiers s'opposeront encore plus vivement à accomplir ces «tâches indues».

Partager cet article

Repost 0
Published by lusancay - dans actualités cfe cgc
commenter cet article

commentaires